Le président de Afreximbank souligne l’importance du secteur privé dans l'intensification du commerce intra-africain | Foire commerciale intra-africaine

IATF

Partners

Le président de Afreximbank souligne l’importance du secteur privé dans l'intensification du commerce intra-africain

Abuja, 16 juillet 2018 : - L'Accord de libre-échange continental africain (AfCFTA) éliminera progressivement les droits de douanes, facilitant ainsi les échanges commerciaux sur le continent, répondra aux besoins du marché africain en pleine croissance et en bénéficiera, a dit, aujourd’hui le Dr. Benedict Oramah, le président de la Banque africaine d’import-export (Afreximbank).

Citant la Commission économique pour l'Afrique, Dr. Oramah a affirmé que l’AfCFTA était susceptible d’intensifier le commerce intra-africain de 53,2% en éliminant les droits d'importation et de doubler ce commerce si les barrières non tarifaires étaient également réduites.

Il intervenait à l’occasion d’une table-ronde intitulée ‘Un marché continental unique– le salut pour les économies africaines ?’ qui était organisée par Afreximbank à Abuja, dans le cadre d’un évènement de participation pour soutenir la Foire commerciale intra-africaine (IATF) prévue au Caire, du 11 au 17 décembre 2018.

Dr. Okechukwu Enelamah, le ministre du Commerce, de l’industrie et de l’investissement du Nigeria, l’Ambassadeur Albert Muchanga, Commissaire au commerce et à l’industrie de l’Union Africaine ; Aliko Dangote, Président directeur général de Dangote Group et Iyalode Alaba Lawson, président de l’Association nigériane des chambres de commerce, d’industrie, des mines et de l’agriculture ont également participé à la table ronde.

“Le commerce est la porte d'entrée vers le développement et les statistiques en Afrique ne sont pas trop impressionnantes, notamment lorsqu'il s'agit d'une des plus grandes opportunités de croissance : le commerce entre les pays africains,” a déclaré le Dr Oramah. “Le développement infrastructurel est une priorité majeure en termes de développement en Afrique dans deux domaines cruciaux : l'électricité et le transport. L'accès à l'électricité constitue la base d’une économie industrialisée, et, partant, du commerce. À moins de prendre des mesures à l'égard de ce problème, nous n’avons aucun espoir d’accroȋtre le volume du commerce intrarégional en Afrique.

“Nous avons compris que la croissance économique durable sur le continent ne peut être réalisée rapidement sans la participation du secteur privé et du secteur public. Le secteur privé a un rôle crucial à jouer pour que l'intégration régionale donne les résultats escomptés parce que, bien que les accords commerciaux soient signés par les gouvernements, c’est le secteur privé qui comprend les difficultés auxquelles sont confrontées les entreprises et est capable d’exploiter les possibilités créées par ces accords et initiatives commerciales régionale,” a-t-il ajouté.

Le président a exhorté les gouvernements africains à créer plus d’espace pour que le secteur privé joue un rôle actif dans le processus d'intégration au lieu de laisser le secteur agir comme un participant passif.

La Foire commerciale intra-africaine organisée en collaboration avec l’Union africaine et l’Export Development Authority qui représente le ministère égyptien du Commerce et de l’industrie, est l’une des nombreuses mesures prises pour veiller à ce que le commerce continental devienne une réalité tangible.